Comment c'était n°1
Coin des Anciens
Accueil

errare humanum est

Relevé pour vous dans le n° 46 de l'Antenne  :


Page 19 : en cliquant  ICI  [comment c'était] vous accédez à un montage qui représente le bâtiment qui était la copie exacte de celui toujours en place à l'entrée des bâtiments, dans lequel se trouvent les bureaux de l'IREO. D'ailleurs du temps du Supérieur CHAUMET il était coutumier de prendre les photos devant ce bâtiment, ce qui nous permet d'écrire la réalité du passé  grâce à ces clichés sauvés du brasier de juin 1968 !


Le lecteur constatera qu'on ne peut écrire que la chapelle a disparu puisqu'elle est TOUJOURS EN PLACE !  Elle était sous la terrasse... Elle est devenue préau depuis 119 ans !


J'ai été amusé page 22 par cette phrase : François Hosteing : « Le petit séminaire a fermé il y a 50 ans et je ne suis pas revenu depuis 50 ans ! Richemont, pour moi, c’est mon secret ! mais la source de Richemont ce n’est pas n’importe  quoi… [Je me rends 15 jours à Ligugé pour méditer cette prase étonnemment spirituelle  ! Et me dire que  les  souvenirs vont évoluer avec ces secrets caché pendant 50 ans ! ]



J'ai relevé page 23 cette aberration : Un rappel de Jean-Louis : l’éducation à Richemont était très en retard sur l’évolution générale des petits séminaires à l’époque ; il a pu s’en rendre compte pendant son parcours dans plusieurs régions.


Pour avoir passé  une année blanche au Pont de La Maye de 1962-1963, je puis affirmer qu'à St Louis de Gonzague, s'ils avaient une chapelle, un restaurant modernes, une piscine dus au Père Vidalot Econome ET  Architecte, la pédagogie était nulle, la spiritualité inexistente, l'enseignement bordélique !  Je ne puis absolument pas parler d'un souvenir d'une seule heure de cours ! Il a fermé au début des années 1970.


Petit-Séminaire de Mont de Marsan : Après avoir quitté les vieux bâtiments historiques d'Aire sur Adour s'installe à Mont de Marsan dans des bâtiments très modernes en rase campagne ; j'ai très bien connu et cotoyé le Père Amesland, responsable diocésain des chorales paroissiales, professeur de chants au P.S., qui souvent me déléga pour diriger ses chorales lorsqu'il devait s'absenter ! L'enseignement n'était pas supérieur à Richemont. La spiritualité très ordinaire ! Il a fermé ses portes vers 1985, ce qui a permit au Collège privé  de La Croix Blanche de s'y installer car trop à l'étroit en centre vile !


Quant à un autre séminaire qui me tient à coeur, parce qu'il connu le Père Simon-Gabriel DUFFOURC, conseiller sprituel de St Pierre Aumaître, c'est celui de St Pé sur Nivelle... Qui a fermé ses portes en 1996... Je lui ai consacré une page sur ce site ! Il vient d'être racheté par des Père Marronites.


Une dernière remarque : on dit que les NOMS n'ont pas d'orthographe particulier... C'est le genre d'argument du mec qui ne veut pas faire d'effort !


Il y a une différence entre FORT et FAURE dont le nom paraît bien orthographié dans plusieurs numéros de l'Antenne ! Il y en a un qui l'est, pas l'autre !


De même l'abbé Guy BOUCHERIE ne s'orthographie pas BOUCHERIT !

Ainsi que François RETORE (se prononce Reutoré  et non Rétoré), mais comme me disait l'Abbé Joseph Charrier, il était habitué à ce que ses interlocuteurs se trompent et ne relevait pas ! Alors surtout pas RETHORE ! Ecrire ses souvenirs, ça se travaille ! On n'improvise pas dans le n'importe quoi pour faire évoluer une association !


Enfin, n'usez pas trop du mot RACINES... ça pourrait faire naître des rejets nocifs et ressembler à un copier-coller !


Enfin, vouloir faire fonctionner l'A.A.E.P.S.R. à la baguette Cégétiste  est loin d'être le bon cjoix !  Ce n'est pas parce qu'on a passé sa vie dans le syndicalisme, que tous les anciens vont approuver d'après les échos que j'ai reçu !

vers n° 46 antenne

RETOUR ACCUEIL