Séminaire suite

Introduction sur le petit séminaire -


Avant d'installer le petit-séminaire à Richemont, pour une aventure qui allait durer 129 ans, les responsables firent diverses tentatives qui se soldèrent par des échecs, échecs ne relevant pas, à l'époque, de ceux qui eurent l'heureuse initiative de la création.

L'abbé Blanchet qui fut professeur à Richemont durant 20 ans, puis premier Supérieur de l'Ecole St Paul d'Angoulême  a narré merveilleusement l'histoire des lieux où furent installés les petits-séminaire jusqu'à l'installation à Richemont.

L'abbé Blanchet fut professeur sous l'abbé Dumas, - qui occupa le poste de Supérieur  32 ans (ce fut le plus long) et donna à Richemont ce qu'il est devenu - (l'abbé Chaumet ancien élève de l'abbé Dumas,  ne fit qu'un fignolage de valeur il est vrai, qu'aucun autre ne fit !), donc l'abbé  Blanchet était bien placé pour écrire, avec bonheur, l'histoire de cette chère maison depuis 1839.


L'abbé Brun, professeur, raconte lui-aussi Richemont mais sous l'abbé Chaumet Supérieur ; l'abbé Brun deviendra le cinquième professeur.


Il est intéressant de noter que l'abbé Tarrère commença son Supérieurat avant Richemont,( à Bassac) contrairement à ce qu'on pourrait croire dans la version de l'abbé Brun... Que l'abbé Dumas fut professeur, déjà, à La Rochefoucauld, que l'abbé Chaumet fut l'élève de l'abbé Dumas. Que l'abbé Chaumet fut condisciple de Saint Pierre Aumaître, mais lui préféra St Fauste...


Relevons que si l'abbé Dumas fut Supérieur 32 ans et l'abbé Chaumet 28 ans, c'est sous leurs supériorats que Richemont évolua le plus. Il faut bien admettre que les autres furent quelque peu dépourvus d'imagination...


Heureusement que les abbés Blanchet et Brun ont eu à cœur d'écrire leur histoire de Richemont…Il est étonnant de constater que l'abbé Berthet qui adorait écrire, l'abbé Boucherie passionné d'histoire archéologique,  ne pensèrent l'un et l'autre à laisser des écrits sur Richemont.


A la fermeture de Richemont, toutes les archives (des milliers de photos en particulier) entreposées au dessus du dortoir, furent brulées, dilapidées...

Où passèrent le mobilier du grand salon ? Le piano du petit salon ? L'orgue de la chapelle -don de la famille Martron, celui-ci ayant apartenu à la soeur de l'abbé Michel décédée à l'âge de 20 ans ? L'harmonium volumineux d'une centaine d'années et d'une trentaine de registres, d'une qualité exceptionnelle sur lequel nous avons eu le privilège de passer des heures à jouer ? etc.


L'abbé Michel Martron, décédé récemment, simple professeur, avec la complicité de ses parents, permit quelques révolutions ou évolutions (Chauffage centrale dans  les bâtiments ouest -étude, classes, dortoir-, Tables du réfectoire entre autres).


Seuls, l'abbé Blanchet et l'abbé Brun, permirent par leurs récits, de graver la mémoire de Richemont.


Vous découvrirez également que d'autres prêtres charentais ou attachés au diocèse, furent des hommes illustres, mais versés dans les oubliettes du temps... comme l'inventeur de la graphologie : l'abbé Jean-Hyppolite Michon,archéologue et chercheur ; comme, en Gironde, le créateur d'Arcachon, dont l'Archevêché de Bordeaux s'efforça d'effacer non seulement la mémoire, mais la simple trace... C'est en effet un prêtre l'abbé Xavier Mouls, qui créa cette ville, qui réalisa la chapelle de Cazeaux....


Vous découvrirez qu'Angoulême conserva un Evêque ex-constitutionnel, devenu concordataire durant .... 41 ans : Mgr Dominique Lacombe, sans se révolter...

  

RETOUR